Déclaration commune des Jeunes du Sahel sur la Prévention de l’Extrémisme Violent et la PEV

Ouagadougou, 2021

Préambule

Nous, Jeunes femmes et hommes du Sahel, réunis ici à Ouagadougou, au Burkina Faso les 14 et 15 Octobre 2021 lors du Forum des jeunes du Sahel sur la Prévention de l’extrémisme, exprimons notre engagement à promouvoir une société sahélienne inclusive, juste, de cohésion sociale, de démocratie, de paix et de sécurité.

Avec cette déclaration, nous présentons une vision commune et proposons des pistes d’actions et de recommandations qui pourront renforcer la prévention des conflits, la lutte contre les violences sociétales, l’extrémisme violent, la radicalisation, et la consolidation de la paix.

Cette déclaration a été élaborée par des jeunes et est le résultat d’une longue délibération entre jeunes représentant de 12 pays du Sahel et d’Afrique, pour assurer une approche inclusive et intégrée.

A cet égard :

Rappelant la résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies selon laquelle « […] les jeunes devraient prendre une part active à l’instauration d’une paix durable et œuvrer à la justice et à la réconciliation, et que l’importance démographique de la jeunesse actuelle est un atout qui peut contribuer à instaurer durablement la paix et la prospérité économique » ;

Constatant que les discours sur les violences sociétales, la radicalisation et l’extrémisme violent, dans les rapports de recherches et les rapports de programmes, présentent les jeunes comme les auteurs potentiels de cette violence et présentent le Sahel comme une région à problèmes ;

Préoccupé en outre par le fait que les jeunes, en particulier les jeunes femmes, représentent une grande partie des personnes touchées et que l’interruption de l’accès à l’éducation et aux opportunités économiques a un impact néfaste sur la stabilité et la prospérité régionales ainsi que sur la cohésion sociale, la paix et la réconciliation;

Constatant que la marginalisation des jeunes dans les actions et les prises de décisions engendre un climat de méfiance et de désespoir, de frustration, de colère et de sentiment d’exclusion que les groupes extrémistes n’hésitent pas à exploiter. 

Constatant que dans tous les pays d’Afrique, les jeunes luttent pour la paix, la justice, l’inclusion, l’égalité des genres et les droits humains.

Rappelons que les jeunes constituent une Task force efficace et solide, disposés à s’engager, dotés de diverses compétences utiles à la Prévention de l’Extrémisme violent et la transformation des sociétés.

Rappelons que leurs aspirations, leurs vues et leurs demandes doivent être prises en considération au risque de remettre en cause les systèmes et les structures et d’aggraver la situation de l’insécurité nationale et régionale.